Environnement

Des moustiques incapables de détecter les humains bientôt ?

Une équipe de chercheurs de l’Université ont trouvé, peut-être LA solution pour venir à bout des moustiques. Pour ça, ils ont modifié leurs visions pour les empêcher de voir les contrastes de couleurs. On vous dit tout dans cet article.

Ces moustiques qui ne nous veulent pas du bien

Ok, les moustiques ne nous veulent aucun bien. Tout ce qu’ils veulent, c’est s’abreuver de notre hémoglobine. Pourquoi ? Pour se reproduire et nous piquer encore plus. Mais attention, il ne faut pas mettre toute l’espèce dans le même panier. Ce ne sont que les dames moustiques qui piquent. Les messieurs, eux, se contentent de siroter du nectar de fleurs. Mais ce n’est pas pour autant qu’ils sont innocents dans ces nuisances. Ce sont ces messieurs qui bourdonnent sans cesse, la danse de l’amour paraît-il, pour nous empêcher de dormir.

Mais à part faire du bruit ou piquer, certaines espèces sont encore plus viles que d’autres : les Anopheles ou les Anophèles et le moustique tigre. Mais pourquoi ?

Les anophèles

Les anophèles sont les plus dangereux. Pour cause, cette espèce de moustique est le principal vecteur du paludisme, une maladie qui a fait 409.000 morts rien qu’en Afrique subsaharienne en 2019 sur 229 millions de cas d’après les chiffres de l’OMS. Cette maladie affecte particulièrement les plus petits vu que leurs systèmes immunitaires ne sont pas encore matures.

Le moustique tigre

Aaaaah, le moustique tigre, on n’en a pas assez d’en parler. Ce petit coquin est le malheureux vecteur de la dengue, du chikungunya et du zika. Cette espèce venue d’Asie s’est aujourd’hui installée sur 60% du territoire français. La lutte contre le moustique tigre est de plus en plus ardue chaque année en France.

anophèle et moustique tigre

Qu’est ce qui attire nos amis diptères ?

Avant de parler modification génétique, il faut savoir comprendre ce qui attire les moustiques. A la lumière de nombreuses recherches scientifiques, nous savons maintenant que les moustiques sont attirés par le CO2 et les couleurs sombres. Mais d’où vient ce dioxyde de carbone ? De notre respiration pardi !

D’après cette fameuse étude dont nous allons parler plus tard, une fois que les moustiques ont détecté des effluves de CO2, ils se mettent à la recherche de couleur sombre, ce qui représente une silhouette humaine. Une fois tous ses facteurs réunis et que le moustique s’est assez approché de la personne, il va évaluer s’il s’agit d’une victime potentielle ou non en se basant sur l’odeur corporelle. C’est pour ça que, dans cet article, nous vous conseillons d’avoir une bonne hygiène, d’éviter les produits corporels et de mettre des vêtements clairs.

L’étude

Et si un jour vous pouviez devenir invisible aux yeux de ces moustiques ? Un rêve qui est peut-être sur le point de se réaliser grâce à cette nouvelle étude publiée dans Curent Biology.

Ces chercheurs de l’Université de Californie se sont penchés sur une solution assez complexe pour éradiquer les moustiques. Mais laquelle ? Si les moustiques ont besoin  de détecter les couleurs sombres pour s’approcher de sa proie, pourquoi ne pas simplement les empêcher de les voir sans pour autant leur ôter complètement la vue ?

Comment ont-ils fait ?

Les scientifiques ont utilisé la technologie Crispr-Cas9 ( Clustered Regularly Interspaced Short Palindromic Repeats) pour couper les séquences ADN de moustiques tigres. Ils ont alors pu désactiver la rhodopsine Op1 et Op2 dans les œufs de moustiques. Qu’est-ce que la rhodopsine ? Il s’agit de protéines photoréceptrices qui se trouvent dans la rétine. 

Après cette modification, les scientifiques ont remarqué que les moustiques ne pouvaient plus détecter les couleurs sombres, même sous un torrent de CO2 imitant la respiration humaine. Attention, ça ne signifie pas que ces moustiques génétiquement modifiés ont complètement perdu la vue. Ils ont tout simplement perdu leur aptitude à discerner les contrastes de couleur. D’après Craig Montell, co-auteur de cette étude, si les moustiques femelles ne peuvent plus se diriger pour trouver le repas chaud nécessaire au développement de leurs œufs, l’espèce finira peut-être par s’éteindre.

Des limites quand même

Est-ce que cette modification génétique serait un moyen d’éliminer complètement les moustiques de la surface de la Terre ? A priori, non. Pourquoi ? Cette étude n’a été pas été testée avec des proies réelles jusqu’ici. On ignore donc comment ces moustiques génétiquement modifiés vont réagir hors laboratoire.

Mais Craig Montell a également souligné que le dioxyde de carbone n’est pas le seul moyen d’orientation des moustiques, ils utilisent également l’odorat. Certes, détecter les proies sera nettement plus difficile mais peut-être qu’à la longue, les moustiques développeront leur odorat pour compenser ce déficit visuel. Il leur deviendra alors de plus en plus facile de se diriger « au pif ».

Quoi qu’il en soit, cette expérience a permis avant tout d’en apprendre encore plus sur le moustique, leur fonctionnement et comment ils arrivent à nous détecter, d’après Yinpeng Zhan, auteur principal de cette étude. Cela nous permettra, à l’avenir, de limiter et de réguler la propagation des moustiques tout en respectant l’écosystème.

Un monde sans moustique, est-ce vraiment réaliste, après tout ?

Un monde sans moustiques

Tout un été sans ce bourdonnement strident ou ces piqûres qui grattent, ce serait un doux rêve pour tous. Mais cela restera un rêve, si on en croit les scientifiques. Pourquoi ? Primo, parce que la nature aime l’équilibre. Si on éradiquait, par exemple, une espèce entière de moustiques tigres, une autre viendrait, tôt ou tard, prendre le relais. Et rien ne nous dit que cette nouvelle espèce sera moins dangereuse que celle qui véhicule déjà pas moins de trois maladies.

Secundo, les moustiques sont une espèce vieille de 100 millions d’années. A l’origine de cette longévité : leur capacité à s’adapter très vite à leur environnement. Et on peut être sûr que même si la race humaine s’éteint, les moustiques resteront. Rien qu’à titre d’exemple, ils ont déjà appris à apprivoiser les molécules qui se trouvent dans nos anti-moustiques.

Tertio, se débarrasser complètement des moustiques serait un investissement colossal qui peut en décourager plus d’un. Et nous ne parlons que des 200 espèces de moustiques nuisibles pour l’homme sur les 3500 espèces déjà existantes. Autant dire que ce sera mission impossible.

Mais est-ce vraiment la peine de s’en débarrasser complètement ?

Bien étrange que ça puisse paraître, les moustiques ont leur importance dans l’écosystème. Eh oui, ils tiennent un rôle dans la chaîne alimentaire. Différentes espèces aquatiques, par exemple, se nourrissent de larves de moustiques. A l’âge adulte, il fait office de déjeuner pour des batraciens ou des oiseaux. Mais outre le fait d’être mangés, les moustiques sont également des butineurs. Oui, vous ne le saviez peut-être pas mais les moustiques mâles et les moustiques femelles non fécondées se nourrissent de nectar de fleurs. Une multitude de plantes ont besoin de cette pollinisation pour survivre.

Alors, que faire en attendant tout ça ?

Toute cette histoire de vie sans moustiques, c’est bien beau mais ça semble encore lointain. Aujourd’hui, seuls les anti-moustiques traditionnels peuvent nous être d’une grande aide pour éloigner ces malfrats volants.

Vous avez les produits à la Deet, toujours aussi efficaces contre les moustiques. Ce ne sont pas des répulsifs à moustiques mais plutôt des zigouilleurs de moustiques. Ils s’attaquent directement à leur système nerveux. Est-ce que ça peut avoir aussi des effets sur les humains ? Les études menées sur le sujet nous apporteront la réponse.

Vous avez aussi des vêtements imprégnés à la perméthrine. Ce produit est inodore, incolore et semble efficace. En plus, il le reste pendant très longtemps. Il garde généralement 80% de son efficacité après 30 lavages. Mais cette molécule n’agit que sur les parties couvertes par le vêtement. Si vous portez un short, par exemple, il faudra enduire de produits anti-moustiques les parties à découvert si vous ne voulez pas vous faire piquer.

La moustiquaire

Tout ça, c’est bien bon lorsque vous sortez de chez vous. Mais lorsque vous êtes à la maison, vous n’avez pas envie de vous gaver les poumons de ces produits chimiques. C’est pour ça que la moustiquaire reste la meilleure solution pour se protéger des moustiques chez soi.

Tranquilisafe vous apporte la solution : la moustiquaire ajustable, facile à installer et pratique. Eh oui, plus besoin d’un pro pour la mettre en place. Des bonnes mesures à prendre et quelques coups de ciseaux et vous voilà protégé contre les moustiques. En plus, vous n’avez pas besoin de recoudre puisque les moustiquaires sont équipées de plusieurs coutures d’arrêts pour éviter que tout se défasse après la découpe.

Plus besoin de lever le petit doigt pour ouvrir ou fermer une moustiquaire Tranquilisafe ? Grâce à des aimants placés un peu partout sur la moustiquaire, celle-ci s’ouvre et se referme automatiquement à chaque passage. Et si vous avez une chatière sur votre porte, il suffit de relever le bas de la moustiquaire et de la maintenir avec le  scratch.

femme en rouge qui porte un plateau et qui sort par une moustiquaire ajustable Tranquilisafe

Bref, cette étude menée par les chercheurs de l’Université de Californie redonne de l’espoir bien que ça ne soit pas encore testé en situation réelle. Mais si ça s’avère réalisable, ça ne pourra certes pas éradiquer complètement les moustiques mais au moins en réduire considérablement la population. En attendant, utilisez des anti-moustiques et une moustiquaire Tranquilisafe pour éloigner ces suceurs de sang.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page